Le 6 février, 2020

Sortez de l’ordinaire : Entretien avec Chase Turcotte

Faites connaissance avec Chase Turcotte, surfeur des neiges et globe-trotter d’Edmonton. Contrôleur de la circulation aérienne depuis sept ans, Chase raconte qu’une carrière à NAV CANADA lui a permis d’allier ses deux passions pour la planche à neige et le voyage, et de faire partie d’une équipe collaborative et hautement qualifiée.

Voici comment Chase sort de l’ordinaire.

QUEL EST VOTRE RÔLE AU SEIN DE NAV CANADA ET DEPUIS COMBIEN DE TEMPS L’ASSUMEZ-VOUS?
Je suis employé de NAV CANADA depuis environ sept ans. Durant cette période, j’ai été contrôleur titulaire d’une licence IFR règles de vol aux instruments pendant plus de quatre ans.

NAV CANADA's Edmonton Area Control Centre

COMMENT DÉCRIVEZ-VOUS CE QUE VOUS FAITES À VOTRE FAMILLE ET À VOS AMIS?
J’aime commencer par décrire l’espace aérien que je gère. Beaucoup de gens ne savent pas que l’espace aérien au Canada se divise en différentes régions d’information de vol. Étant donné ma spécialité, soit les règles de vol aux instruments, je gère de mon poste de travail à Edmonton l’espace aérien supérieur du sud du pôle Nord, qui comprend le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le nord de la Colombie-Britannique, le nord de l’Alberta, le nord de la Saskatchewan, le nord du Manitoba et le nord de l’Ontario – soit environ trois millions de kilomètres carrés.

Nous assurons une circulation aérienne sûre, ordonnée et efficace dans cet espace. Croyez-le ou non, la plupart des aéronefs qui survolent le nord du Canada n’atterriront pas dans un aéroport canadien. Bon nombre de ceux qui se dirigent vers l’Asie depuis l’est des États-Unis traversent notre espace aérien, tout comme ceux partant de l’ouest des États-Unis pour l’Europe. Nous gérons aussi les aéronefs volant vers le Moyen-Orient, qui survolent souvent le pôle Nord. C’est le chemin le plus rapide entre Dubaï et la Californie.

Screen showing air traffic in Canada

QU’EST-CE QUI VOUS A ATTIRÉ CHEZ NAV CANADA?
NAV CANADA doit sa réputation de chef de file mondial de la navigation aérienne à ses gens dévoués. C’est inspirant de faire partie de cette équipe.

Il y a quelque chose de gratifiant à être l’une des quelque 2 000 personnes au pays qualifiées pour faire le travail de contrôleur de la circulation aérienne. J’aime qu’aucune journée ne se ressemble. Je me sens stimulé intellectuellement, ce qui n’était pas le cas dans mes anciens emplois. Sur le plan personnel, j’ai noué grâce à mon emploi à NAV CANADA des amitiés solides au sein de la communauté internationale du contrôle de la circulation aérienne.

QU’EST-CE QUI VOUS A LE PLUS SURPRIS DANS LE CADRE DE VOTRE CARRIÈRE?
Ce qui m’a le plus surpris, c’est à quel point le grand public ne connaît pas le travail de contrôleur de la circulation aérienne. La plupart des gens croient que je suis un signaleur, que je guide les aéronefs sur la piste avec des bâtons orangés. C’est un rôle important, mais ce n’est pas du tout le mien. D’autres personnes ne savent pas que les avions volent la nuit, et que nos centres de contrôle et bien des tours fonctionnent 24 heures par jour, 365 jours par année.

Edmonton Air Traffic Ccntrol Tower

QUEL CONSEIL DONNERIEZ-VOUS À QUELQU’UN QUI ENVISAGE UNE CARRIÈRE AU SEIN DE NAV CANADA?
NAV CANADA est un excellent employeur, et le travail de contrôleur de la circulation aérienne est le meilleur emploi au monde. Je dis toujours aux gens qui s’y intéressent de tenter le coup. Je leur fais visiter mon centre de contrôle régional et une tour locale, quand c’est possible, pour leur montrer les diverses occasions d’emploi qui s’offrent à eux.

QU’EST-CE QUE VOUS AIMEZ FAIRE DURANT VOS TEMPS LIBRES?
Le voyage a toujours été ma plus grande passion. En tant que contrôleur de la circulation aérienne, j’ai la liberté et les moyens nécessaires pour voyager à travers le monde. L’an dernier par exemple, j’ai pu visiter six continents. J’aime aussi la planche à neige. J’allie donc souvent mes deux passions, me rendant en Australie, en Nouvelle-Zélande, en France, en Autriche et en Suisse pour dévaler certaines des plus belles pentes du monde.

Chase Turcotte snowboarding and snorkeling

QUELLE EST VOTRE PLUS GRANDE RÉALISATION?
Obtenir ma licence de contrôleur de la circulation aérienne. La plupart des contrôleurs s’entendent là-dessus : le plus grand défi de notre métier, c’est obtenir l’emploi. La formation est exigeante, mais le jeu en vaut la chandelle.

QU’AVEZ-VOUS APPRIS SUR VOUS-MÊME AU FIL DE VOTRE CARRIÈRE?
J’ai pris conscience de la quantité d’information que le cerveau humain peut retenir. Je me rappelle encore ma première journée de formation. Je me demandais comment j’arriverais à apprendre et à mémoriser toute l’information nécessaire pour bien assumer mes fonctions. C’est long, mais avec des heures d’études et de répétition, c’est possible.

Sortez de l’ordinaire vous propose des entretiens avec des gens qui poursuivent une carrière stimulante à NAV CANADA.

Vous voulez en savoir plus sur les carrières à NAV CANADA? Cliquez ici


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre blogue! Le blogue de NAV CANADA vous amène dans les coulisses et vous offre des récits uniques au sujet des services de navigation aérienne du Canada.

0 Comments

À suivre

Changements de services à l’aéroport Montréal-Mirabel : ce que vous devez savoir

À compter du 30 janvier 2020, NAV CANADA rétablit les services de contrôle de la circulation aérienne à Mirabel (CYMX), un aéroport...

Abonnez-vous