Sécurité

Le 10 juillet, 2019

L’union fait la force : les leaders du secteur de l’aviation discutent de la résilience en matière de cybersécurité à l’occasion du Sommet annuel

À une époque où notre dépendance envers les systèmes électroniques et les réseaux cybernétiques ne cesse de croître, l’enjeu de la cybersécurité occupe une place de plus en plus importante, surtout dans l’aviation civile, une industrie peu encline à courir des risques. Pour cette raison, le 5e Sommet annuel sur la cybersécurité était une occasion aussi unique qu’importante pour les leaders et les professionnels de la sécurité d’échanger sur les pratiques exemplaires et de renforcer leur position unifiée.

Organisé à Ottawa par NAV CANADA, Air Canada et l’Aéroport international d’Ottawa, ce sommet de deux jours et demi, qui a commencé le 11 juin 2019, a réuni des représentants de transporteurs aériens, d’aéroports, d’organismes gouvernementaux et de services de navigation aérienne canadiens et internationaux.

Le thème du Sommet, « Cybersécurité : l’union fait la force », était le fil conducteur des diverses présentations clés, s’appuyant sur la notion que nous sommes tous connectés, non seulement dans le domaine de la circulation aérienne, mais aussi dans les secteurs connexes et les entreprises qui composent l’industrie de l’aviation. Ainsi, les leaders doivent travailler de concert pour favoriser la résilience en matière de cybersécurité afin de protéger les données, les infrastructures ainsi que les systèmes de communications et de technologies de l’information essentiels contre les menaces.

Pendant le mot d’ouverture, Claudio Silvestri, chef de la direction de l’information de NAV CANADA, a réaffirmé que « dans notre industrie, soit celle de l’aviation, la sécurité a une importance capitale – elle est le premier élément que nous prenons en considération presque chaque fois que nous prenons une décision. De nos jours, je crois qu’il est impossible de surestimer l’importance de la cybersécurité lorsqu’il s’agit d’assurer la sécurité. »

Claudio Silvestri, NAV CANADA CIO

Silvestri a aussi souligné que « parce que nous sommes interreliés, toute vulnérabilité ou faille dans un secteur donné pourrait permettre à un utilisateur malveillant de s’infiltrer ailleurs. Améliorer l’efficacité et l’efficience de nos organisations signifie de resserrer les liens entre la technologie de l’information et la technologie opérationnelle. »

Dans son message de bienvenue, Neil Wilson, président et chef de la direction de NAV CANADA, est revenu sur le fait que « les cybermenaces changent notre façon de travailler. Une interruption de service à la suite d’un événement lié à la cybersécurité pourrait entraîner de profondes répercussions sur l’aviation. Le partage d’information et de connaissances est une étape importante pour réduire le risque d’une attaque si débilitante et accroître l’efficacité de notre processus d’intervention, le cas échéant. »

Neil Wilson, CEO, NAV CANADA

Par la suite, une variété d’autres leaders distingués du secteur ont pris la parole. La première présentation clé a été celle de Greg Loos, major-général et commandant de la force cybernétique retraité, maintenant associé directeur du groupe Gartner. Fort de son expérience ainsi que des recherches et tendances récentes dans l’industrie, M. Loos a fait un rapprochement entre l’état de préparation en matière de cybersécurité et son expérience militaire. Selon lui, « la cybersécurité est un sport d’équipe. Il faut échanger entre les membres, dresser un plan d’intervention commun en cas d’incident et mettre ce dernier en pratique. »

Le premier jour, Paul Hanley, associé leader national du groupe Innovation en cybersécurité de Deloitte, a également offert une mise à jour sur les nouvelles méthodes de perturbation de la cybersécurité en aviation. Il a fait une observation importante : en raison des défis croissants en matière de cyberrisques, la manière dont le secteur de l’aviation se protège contre les problèmes technologiques et d’autres incidents cybernétiques ou intervient, le cas échéant, est essentielle pour maintenir la confiance du public dans notre industrie. En d’autres mots, le secteur de l’aviation doit d’ores et déjà se préparer aux futurs cyberrisques et aux répercussions des nouvelles technologies.

À cette fin, a été ajouté au sommet de cette année un exercice sur table, conçu sur mesure et animé par Good Harbor Security Risk Management, un cabinet-conseil dirigé par Richard Clarke, ancien coordonnateur de la sécurité intérieure de la Maison-Blanche. Adapté spécialement à l’industrie de l’aviation canadienne, l’exercice de cybersécurité a mis à l’épreuve les compétences des participants en matière de gestion de crise en leur présentant un scénario réaliste d’une menace à la cybersécurité. Il comprenait en outre des scénarios réalistes évaluant des plans et des capacités existants dans le but de sensibiliser davantage les gens à ces risques et de rehausser leur aptitude à intervenir en cas de crise de cybersécurité réelle.

A tabletop exercise was uniquely designed and facilitated by Good Harbor Security Risk Management, an advisory firm led by former White House national security coordinator Richard Clarke.

D’autres présentations notables portaient sur des sujets liés à la planification stratégique à long terme, comme la collaboration internationale, la réglementation du secteur de l’aviation et la cyberassurance. Par ailleurs, d’autres présentations ont porté sur des mesures à mettre en œuvre à court terme, dont les pratiques exemplaires en matière de sécurité, des changements réglementaires imminents, des études de cas et les approches tactiques.

Que faut-il surtout retenir du sommet de cette année? M. Silvestri l’a bien résumé : « Comme le reflète le thème de cette année, il n’y a aucun doute que l’union fait la force. En partageant connaissances, expériences et stratégies, ainsi qu’en assurant et en améliorant ce type de collaboration de manière continue, nous deviendrons plus forts. »

0 Comments

À suivre

Air Race Classic : les femmes mettent le cap sur le Canada!

Pour la première fois en 90 ans de courses féminines, les participantes de la toute féminine Air Race Classic (ARC) ont visité l’e...

Abonnez-vous