#noussommesNAVCANADA

Le 12 mai, 2020

En première ligne : une industrie au service du trafic aérien dans les principaux centres de fret du Canada

Alors que la pandémie de COVID-19 a déclenché des restrictions nationales et internationales pour le trafic passager, l’industrie de l’aviation travaille sans relâche pour assurer la distribution de marchandises essentielles dans le monde entier. Plus de 1,4 million de tonnes de marchandises ont été chargées et déchargées, en 2018 seulement, aux aéroports du Canada. Depuis l’émergence de la COVID-19, le fret aérien joue un rôle encore plus primordial dans le maintien des chaînes d’approvisionnement mondiales, à un point tel que les compagnies aériennes qui ne transportaient des marchandises que dans la soute de leurs avions de passagers retirent maintenant les sièges de ces appareils pour créer plus d’espace et passer aux vols de fret seulement.

Des dizaines de transactions complexes ont lieu sur toute la chaîne d’approvisionnement et passent souvent inaperçues par les consommateurs. Sont intégrés dans cette chaîne les professionnels de NAV CANADA qui fournissent des services de contrôle de la circulation aérienne et assurent le bon fonctionnement du système de navigation aérienne. Sans eux, le mouvement de marchandises dans l’espace aérien se ferait au compte-goutte, ce qui compromettrait la livraison de marchandises essentielles.

L’Antonov AN-225, le plus gros avion au monde, s’est posé à l’aéroport de Mirabel le 1er mai 2020 pour livrer une cargaison de fournitures médicales.
Photo : Félix-Antoine Lemieux-Laflamme

TRANSPORT DE MARCHANDISES DANS LA RÉGION DU PACIFIQUE

« Selon moi, les services de la circulation aérienne sont, à l’heure actuelle, plus qu’essentiels », indique Wayne Nyman, gestionnaire régional, Région d’information de vol de Vancouver, à NAV CANADA. « Ils constituent un élément important de l’infrastructure qui appuie la gestion de la chaîne d’approvisionnement, les services d’urgence et même le déplacement des gens tenus de faire des voyages essentiels ».

La Tour de contrôle de Vancouver, sous la supervision de M. Nyman, gère le trafic aérien au deuxième aéroport et centre de fret aérien en importance au Canada. En tant que point de connexion entre l’Asie et l’Amérique, et en raison de sa proximité au port de Vancouver, l’aéroport international de Vancouver facilite un grand nombre de transferts de marchandises entre les voies maritime, aérienne et terrestre. Les opérations de fret constituent la majorité du trafic nocturne aux principaux aéroports du Canada, y compris à Vancouver, et se poursuivent jusqu’aux petites heures du jour.

Durant le jour, l’aéroport international de Vancouver servirait normalement des dizaines de milliers de passagers. En raison de la pandémie de COVID-19, le trafic passager est réduit à presque rien, laissant les affichages de surveillance des contrôleurs complètement vides. Greg Down, gestionnaire, Exploitation du Centre de contrôle régional de Vancouver, décrit ce phénomène comme étant un « grand trou noir de la perspective d’un écran radar ».

À mesure que la nuit approche cependant, les niveaux de trafic reviennent à la normale puisque les cibles d’avion de fret commencent à apparaître sur les écrans des contrôleurs. D’expliquer M. Down : « Notre mandat de base dans la prestation des services de navigation aérienne est toujours d’assurer un flux de trafic sûr, ordonné et rapide, et la sécurité reste notre priorité absolue. Qu’il y ait dix, cent ou même mille vols à gérer dans une journée, c’est notre devoir de faire en sorte qu’ils arrivent à leur destination de façon ordonnée et en toute sécurité. »

PASSERELLE VERS L’OUEST ET VERS LE GRAND NORD

À la Tour de contrôle de Winnipeg, deux contrôleurs travaillent durant le quart de nuit pour s’assurer que le fret aérien continue de passer par l’aéroport international James Armstrong Richardson de Winnipeg, l’un des aéroports les plus achalandés au Canada par le transport de marchandises. Winnipeg est le siège d’importantes installations de tri pour FedEx et Purolator, et reçoit aussi des services transfrontaliers quotidiens pour UPS et FedEx en plus d’être une plaque tournante majeure pour Cargojet Inc. et Purolator.

Gordon Kempe, gestionnaire, Tour de Winnipeg, indique que son emplacement est très particulier puisque Winnipeg est un centre de fret aérien à la fois régional, national et international. « On fait de tout ici, explique-t-il. Cela inclut de nombreux vols locaux et régionaux qui desservent les communautés dans le nord du Manitoba et le nord-ouest de l’Ontario ».

Les Canadiens qui habitent dans les communautés éloignées et nordiques sont les plus vulnérables et les moins préparés à affronter la pandémie de COVID-19 puisqu’ils n’ont pas un accès adéquat à la chaîne d’approvisionnement nationale. « À Winnipeg, nous assurons le contrôle des vols qui transportent des marchandises dans le Nord. Ces vols sont aussi une part importante de notre centre de fret », ajoute M. Kempe.

TRANSPORT DE MARCHANDISES DANS LA GRANDE RÉGION DU GOLDEN HORSESHOE

Le sud de l’Ontario est le plus grand foyer du trafic aérien pour le transport de marchandises. « Communément appelé le Golden Horseshoe, cette région comprend les tours de contrôle d’Oshawa, de Toronto et de Hamilton, et inclut la Station d’information de vol de St. Catharines, explique Jim Van Benthem, gestionnaire de l’exploitation à NAV CANADA. Tous ces aménagements jouent un rôle crucial pour assurer le mouvement continu des aéronefs ».

L’aéroport international de Hamilton est le plus important aéroport de fret express de nuit au Canada, et sert de centre pour le commerce électronique en raison de sa proximité à Toronto et de ses opérations fluides 24 heures sur 24, sept jours sur sept. La Tour de contrôle de Hamilton de NAV CANADA joue donc un rôle clé dans les opérations de fret express de nuit à cet aéroport.

D’expliquer M. Van Benthem à propos des opérations actuelles à Hamilton : « Nous remarquons une diminution du trafic passager commercial. Toutefois, lorsque j’ai parlé au surveillant, il a comparé le niveau de trafic de fret aérien actuel à celui qu’on verrait normalement dans le temps des Fêtes. Nos contrôleurs savent qu’il est très important d’assurer l’atterrissage et le décollage ordonnés et en toute sécurité de ces avions ».

FRET AÉRIEN TRANSATLANTIQUE

À mesure que les vols de transport de marchandises se déplacent d’un endroit à un autre, une série de contrôleurs de NAV CANADA en poste aux centres de contrôle régional les guident vers chacune de leurs destinations. Sur la côte Est, le Centre de contrôle régional de Gander gère aussi les vols qui traversent l’Atlantique Nord et qui incluent le trafic de fret aérien transportant des marchandises de l’Europe et d’autres parties du monde. Outre des fournitures médicales, ces vols transportent également des produits alimentaires et pétroliers ainsi que d’autres biens essentiels qui répondent aux besoins quotidiens des Canadiens.

« Auparavant, on gérait de 50 à 60 vols de transport de marchandises par jour au-dessus de l’Atlantique, indique Jeffrey Edison, gestionnaire, Exploitation du Centre de contrôle régional de Gander. Ce chiffre a presque doublé depuis le début de la pandémie ».

UNIR NOS EFFORTS TOUT EN S’ÉLOIGNANT PHYSIQUEMENT

Dans les coulisses, de nombreuses mesures de précaution sont en place afin de protéger l’intégrité des services de navigation aérienne du Canada de même que la santé et la sécurité des employés qui exploitent, entretiennent et appuient le système de navigation aérienne du pays. Ces mesures d’atténuation sont essentielles pour veiller à ce que les professionnels de NAV CANADA continuent à jouer un rôle clé sur plusieurs fronts, y compris dans la livraison de fournitures et de marchandises dont dépendent les Canadiens. Et comme tout le reste de la population, ceux et celles qui continuent à se présenter au travail se sont adaptés à une nouvelle normalité.

« Il y a des surveillants qui travaillent maintenant durant les quarts de nuit, ce qu’ils ne faisaient pas auparavant, pour assurer un roulement relativement normal du personnel, explique M. Kempe. Ils procèdent aussi à la désinfection des postes de travail avant et après leur utilisation, et s’assurent d’arriver au travail bien préparés pour la durée de leur quart, afin d’éviter de quitter l’immeuble pour aller chercher quelque chose à manger, par exemple ».

Bien que la pandémie de COVID-19 ait présenté des obstacles sans précédent, en particulier pour les employés de première ligne, les employés de NAV CANADA se sont montrés à la hauteur de ces défis. « Je n’ai jamais vu un niveau aussi soutenu d’effort et de collaboration entre les groupes d’un bout à l’autre du pays, indique M. Down. Nos employés sont exceptionnels et maîtrisent ce genre de situation avec brio, mais de voir ces efforts maintenus de façon continue comme c’est le cas à l’heure actuelle, c’est très impressionnant! ».

La Société surveille l’évolution de la situation et réagit aux incidences de la COVID-19 à mesure qu’elles surviennent afin que, comme toujours, la sécurité soit prioritaire. Consultez la page Informations sur la COVID-19 sur le site Web de NAV CANADA pour en savoir plus sur ce que fait la Société pour protéger l’intégrité des services de navigation aérienne du Canada de même que la santé et la sécurité des employés qui exploitent, entretiennent et appuient l’entreprise.


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre blogue! Le blogue de NAV CANADA vous amène dans les coulisses et vous offre des récits uniques au sujet des services de navigation aérienne du Canada.

0 Comments

Abonnez-vous