Innovation

Le 5 octobre, 2020

Aménagements numériques : NAV CANADA et Searidge se préparent à faire l’essai d’une technologie vidéo à l’appui des services de la circulation aérienne

Les avancées rapides dans la précision et la fiabilité de la technologie de caméras font en sorte qu’il est possible pour les spécialistes de l’information de vol et les contrôleurs de la circulation aérienne d’utiliser la technologie vidéo afin d’améliorer leurs opérations. Cette technologie de caméras, développée par Searidge Technologies, partenaire de NAV CANADA, permet au personnel opérationnel d’avoir une visibilité directe des zones d’angle mort de couverture sur le terrain d’aviation grâce aux images vidéo. Cette technologie a été déployée à divers emplacements partout au pays au fil des années, notamment aux FSS de Red Deer, de Kingston et de Lethbridge, ainsi qu’aux tours de contrôle de London, de Vancouver Harbour, de Winnipeg et de l’Aéroport international de Vancouver. Searidge l’a également installée à divers endroits dans le monde.

Une importante initiative prend forme à NAV CANADA en vue d’approfondir cette technologie afin d’offrir un service consultatif d’aéroport à partir d’aménagements numériques aux emplacements où la géographie peut poser un problème.

Digital tower cameras

Un aménagement numérique utilise une technologie de caméras avancée et des terminaux vidéo immersifs pour transmettre une vue du terrain d’aviation et de l’espace aérien environnant. Sur le plan de la sécurité, les bénéfices escomptés de l’utilisation de systèmes vidéo certifiés sont considérables, car ces systèmes permettront aux spécialistes de l’information de vol et aux contrôleurs de surveiller des zones qui leur échappent présentement et de rehausser leur conscience situationnelle des emplacements éloignés. De tels aménagements donneraient aussi à la Société la souplesse requise pour adapter ses services aux demandes de la circulation aérienne, et offriraient des caractéristiques de sécurité automatisées et de nouveaux outils pour accroître la conscience situationnelle dans toutes les conditions de visibilité.

NAV CANADA a récemment obtenu l’approbation de Transports Canada pour fournir un service consultatif d’aérodrome (AAS) au moyen d’aménagements numériques à Saint John, au Nouveau‑Brunswick. Nous avons discuté avec Jérôme Gagnon, gestionnaire général, Région d’information de vol de Montréal, et directeur de programme, Aménagements numériques, à NAV CANADA pour en apprendre davantage.

Digital tower cameras

Racontez-moi comment le projet sur les aménagements numériques a commencé.

Il y a environ 10 ans, NAV CANADA a conclu un partenariat avec Searidge, chef de file mondial dans l’élaboration de technologies de caméras dans le domaine de l’aviation. Les caméras ont d’abord été installées dans le cadre d’un essai à plusieurs emplacements pour appuyer les opérations.

Dans certains cas, il est possible qu’un contrôleur travaillant dans une cabine de tour normale ne puisse pas voir un secteur de l’aire de trafic ou le seuil d’une piste puisque des structures physiques obstruent sa vue. Nous avons installé des caméras pour résoudre ce problème. Ces caméras faisaient l’objet d’essais afin d’en vérifier le fonctionnement dans diverses conditions : froid, brouillard, pluie, glace et grands vents. Nous avons découvert qu’elles sont très fiables.

C’est à ce moment-là que nous avons décidé que nous voulions utiliser les caméras comme seule source de référence visuelle sur le terrain. C’est ce qu’on appelle l’aménagement numérique. Plutôt que de regarder par la fenêtre, la caméra capture ce qui se passe sur le terrain et le transmet sur un ensemble d’écrans intégrés.

Quels sont les avantages et les utilisations de cette technologie?

Les avantages sur le plan de la sécurité sont considérables. Par exemple, nous pouvons désormais voir des secteurs qui nous échappaient auparavant. En ce moment, certaines stations d’information de vol offrent un service consultatif télécommandé d’aérodrome (RAAS) sans visibilité directe de l’aéroport. En intégrant ces caméras, nous pouvons améliorer ce service et, du coup, augmenter la sécurité et l’efficacité.

Ces aménagements à distance pourraient aussi offrir beaucoup de souplesse en matière de dotation des emplacements et de prestation de services durant les heures de pointe.

Pouvez-vous nous parler des essais des aménagements à distance en cours à Saint John?

Dans le cadre des essais à Saint John, la vue de Fredericton (voir l’image) sera divisée sur trois écrans numériques. La photo du haut offre une vue au coucher du soleil et la photo du bas, une vue de nuit.

Nous avons récemment obtenu l’approbation de Transports Canada pour lancer les essais d’AAS à l’aéroport de Fredericton, la nuit, à partir de Saint John.

Au total, huit caméras pointent dans toutes les directions du terrain d’aviation de Fredericton. Elles servent à relayer ce que nous appelons le RAAS, où les aéronefs sont suivis sous forme de cibles sur un terminal, vers l’AAS, qui fournit une vidéo réelle des aéronefs. Cette vue permet aussi au spécialiste de contrôler les véhicules au sol plutôt que d’offrir un service consultatif aux véhicules. Cela permet d’éliminer de nombreuses limitations du service consultatif offert par le spécialiste de l’information de vol, le rendant ainsi beaucoup plus sécuritaire et efficace à bien des égards.

Dans le cadre des essais à Saint John, la vue de Fredericton (voir l’image) sera divisée sur trois écrans numériques. La photo du haut offre une vue au coucher du soleil et la photo du bas, une vue de nuit.

Pouvez-vous donner un exemple de la façon que cela rendra les opérations plus efficaces?

Si un véhicule au sol demande accès à une piste et, par exemple, qu’un spécialiste de l’information de vol ne peut pas voir le terrain, celui-ci doit s’assurer que le véhicule aura quitté la piste cinq minutes avant l’arrivée d’un aéronef. Dans certains cas, un aéronef doit être mis en circuit d’attente jusqu’à ce que la piste soit libérée.

Par contre, si le spécialiste de l’information de vol peut voir le véhicule au sol, il peut libérer la circulation sur la piste, transmettre l’information à l’aéronef et surveiller la situation pour éviter de mettre l’aéronef en circuit d’attente.

À quoi ressemblera l’aménagement à distance à Saint John?

L’image vidéo sera affichée sur trois écrans en mode paysage. La vue des six caméras fixes forme une seule image sur ces trois écrans. Un écran tactile individuel sert à lancer des configurations prédéfinies et à afficher une vue panoramique, inclinée ou rapprochée des deux autres caméras. Ainsi, le spécialiste de l’information de vol a la possibilité de faire un zoom sur le seuil ou un point d’entrée, de concentrer l’image sur l’aire de trafic, ou de passer rapidement à une vue des pistes sécantes.

Quel est le rôle de l’intelligence artificielle dans tout cela? 

Il existe un grand potentiel d’intégration de l’intelligence artificielle pour augmenter les capacités de nos employés en leur offrant des outils de conscience situationnelle et de prise de décision afin qu’ils soient plus efficaces dans leur travail et en supprimant certaines tâches de routine de sorte qu’ils se concentrent davantage sur les décisions les plus complexes.

Nous voulons d’abord introduire des fonctions de base. Par exemple, si nous demandons au système, au moyen de configurations prédéfinies, d’analyser la piste 33, il fera un zoom sur cette piste et la parcourra dans son ensemble.

À long terme, nous voulons étudier l’application de la reconnaissance d’image. Par exemple, si le système comprend qu’un Dash 8 alpha doit être en finale, il peut lancer un avertissement s’il détecte un aéronef différent en fonction de son apparence. De façon semblable, des avertissements peuvent aussi être lancés lors de situations d’urgence, par exemple si le train d’atterrissage n’est pas sorti pour l’atterrissage.

Si les essais se déroulent bien, quelle est la prochaine étape?

On observe assurément un engouement pour les aménagements numériques. Ils sont rentables et flexibles, ce qui permet à NAV CANADA de mieux servir ses clients.

La prochaine étape sera d’appliquer les leçons apprises de ces essais pour élaborer une stratégie de déploiement nationale.

À partir des essais, nous en apprendrons davantage sur les ressources et les infrastructures nécessaires pour la mise en œuvre d’aménagements numériques partout au Canada.


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre blogue. Le blogue de NAV CANADA vous amène dans les coulisses et vous offre des récits uniques au sujet des services de navigation aérienne du Canada.

0 Comments

Abonnez-vous