Innovation

Le 26 avril, 2017

PATWAS : La page est tournée

Lorsque le mauvais temps arrive, on le sait sur son téléphone, à la télé ou à la une. Surtout en cas de risque pour l’aviation.

Si la météo a toujours été importante en voyage, la méthode que les pilotes et les transporteurs utilisent pour se renseigner à son sujet, elle, a énormément évolué — du manche à vent et des bulletins météo aux diffusions radio et portails Web.

Comme pour bien des innovations, l’adoption d’une nouvelle technologie suppose l’abandon de l’ancienne.

En novembre 2016, NAV CANADA mettait hors service le Système téléphonique automatique de renseignements météorologiques pour les pilotes (PATWAS), en faveur du site Web de la météorologie à l’aviation (AWWS), des centres d’information de vol (FIC) et du Système de planification de vol en collaboration (CFPS) davantage utilisés.

Néanmoins, le PATWAS, utilisant les technologies de pointe de son époque pour fournir des renseignements de vol et météorologiques précis et détaillés aux pilotes à l’aide d’un système téléphonique automatisé de texte à génération vocale, a été la norme pendant plus d’une dizaine d’années.

Avant un départ ou la création d’un plan de vol, les pilotes appelaient le PATWAS et un enregistrement vocal leur donnait les renseignements météorologiques le long de leur itinéraire ou, parfois, dans les 50 milles marins de leur emplacement. Le contenu des transcriptions suivait toujours l’ordre suivant :

1. résumé;
2. précautions de vol;
3. prévisions de route;
4. perspectives (facultatif);
5. vents en altitude;
6. comptes rendus radar;
7. messages météorologiques en surface;
8. comptes rendus du pilote;
9. avis aux aviateurs.

Ce système, conçu au début des années 1990 par Larry James et Jeff Cochrane du groupe Automatisation des services d’information de vol (FISA) de Transports Canada, Aviation civile, n’a été achevé et pleinement instauré qu’au début des années 2000.

Il a été précédé des émissions météorologiques transcrites (TWB) et de la version manuelle du PATWAS. Ceux-ci nécessitaient que des spécialistes d’information de vol fassent eux-mêmes les enregistrements diffusés en boucle sur une fréquence radio ou à écouter au téléphone.

« Ils exigeaient énormément de main-d’œuvre FSS, puisque chaque fois que la météo changeait sur leurs circuits, les FSS devaient réenregistrer l’information », se remémore William Estrada, ancien gestionnaire de projet PATWAS, aujourd’hui directeur, Ingénierie des communications, de la navigation et de la surveillance (CNS) à NAV CANADA.
Le prototype du PATWAS a reçu un accueil positif sur le terrain et s’est rapidement répandu, menant au projet de PATWAS national.

Malgré ce succès, les défis pour l’équipe de développement étaient nombreux.

« Le PATWAS fournissait de l’information à plus de mille aéroports au Canada et aux États-Unis, explique M. Estrada. C’était un défi d’élaborer des capacités de décodage météo propres à l’aviation, d’ajouter une capacité de traitement et de correction des erreurs pour les FSS et de faire en sorte que la logistique et l’architecture du système répondaient aux exigences d’un système opérationnel de fournisseur de SNA. »

Ces défis s’ajoutaient aux enregistrements et mises à jour réguliers de plus de 20 000 unités vocales en français et en anglais.

Une fois la conception terminée, le prototype du PATWAS a été déployé, printemps-été 1998, dans quatre aéroports : Buttonville, Edmonton, Winnipeg et Vancouver.

Le déploiement national du PATWAS a été synchronisé avec le lancement des FIC au début des années 2000 en préalable au transfert vers les activités de FIC.

« À son apogée, fin des années 1990 et dans les années 2000, le PATWAS recevait plus de 1000 appels par semaine par emplacement, puis a vu son nombre d’appels chuter d’année en année, se souvient M. Estrada. À tel point que dans les dernières années, les seuls appels logés au PATWAS à certains emplacements étaient ceux des LCM de l’Ingénierie et des Opérations techniques pour s’assurer que le système fonctionnait! »

On peut facilement attribuer cette chute rapide à la facilité pour les pilotes de consulter les renseignements et les graphiques météorologiques sur téléphone intelligent et appareils mobiles.

Bien que NAV CANADA ait mis le PATWAS hors service en novembre 2016, les pilotes peuvent encore obtenir leurs renseignements météorologiques sur le site Web de la météorologie à l’aviation (AWWS), directement des spécialistes des exposés météorologiques des FIC au 1-866-GO-METEO, ou par le Système de planification de vol en collaboration.

0 Comments

À suivre

Les routes polaires – hier, aujourd’hui et demain

En juillet 1996, le vol 895 Chicago-Hong Kong de United Airlines devenait le plus long vol de passagers jamais enregistré au monde.

...

Abonnez-vous