#noussommesNAVCANADA

Le 12 juillet, 2018

Entretien avec Julie Lebreton, instructrice

Julie LeBreton est instructrice au Centre de contrôle régional de Toronto, où elle aide à former la prochaine génération de contrôleurs de la circulation aérienne de NAV CANADA. Voici son histoire.

Comment votre carrière a-t-elle commencé?

J’ai commencé à travailler à Transports Canada en tant qu’étudiante, en 1992, pendant mes études universitaires. J’y ai effectué un stage coop en tant qu’adjointe administrative, puis j’y suis retournée à quelques reprises pour remplir des contrats d’adjointe à l’établissement des quarts. C’est à ce moment‑là que j’ai pu parler à de nombreux contrôleurs de la circulation aérienne et découvrir cet environnement. Grâce à quelques encouragements de mes collègues, je me suis inscrite au programme pour devenir contrôleure de la circulation aérienne.

J’ai été invitée à passer un examen d’aptitudes, puis une entrevue. Une fois ces étapes réussies, on m’a offert, en juin 1995, une place au programme de formation de base en vue de devenir contrôleure de la circulation aérienne.

La formation était exigeante, mais stimulante.

Comment était votre carrière en tant que contrôleure, et comment en êtes-vous arrivée à devenir instructrice?

J’ai commencé ma formation en tant que contrôleure VFR à la Tour de Hamilton après avoir terminé ma formation de base, en février 1996. Cette expérience enrichissante m’a permis de connaître un éventail intéressant de gens qui ont façonné mes débuts dans le domaine. En septembre 1998, j’ai commencé ma formation dans la sous-unité Région terminale de Toronto et j’ai obtenu ma qualification en novembre 1999.

Tout au long de ma carrière dans la sous-unité, j’ai eu l’occasion d’enseigner à des étudiants, d’abord dans le simulateur, puis en salle de classe. L’expérience a été enrichissante; je trouvais gratifiant de voir les étudiants acquérir de nouvelles compétences et vivre une « révélation » lorsqu’un concept prenait tout à coup tout son sens. Lorsqu’ils passaient à la formation en milieu de travail, je me plaisais à travailler à leurs côtés à mesure qu’ils poursuivaient leur apprentissage pour enfin obtenir leur licence.

À quoi ressemble la vie d’un instructeur à temps plein?

Un poste d’instructeur à temps plein s’est libéré à l’été 2017. J’ai posé ma candidature et obtenu le poste en novembre. Mon nouveau rôle est celui de spécialiste des programmes, Formation IFR.

Une partie de mes tâches consiste à enseigner aux étudiants qui suivent la formation de base. Je passe du temps à les coacher dans le simulateur et à partager avec eux mes expériences en tant que contrôleure terminal. J’appuie aussi les instructeurs qui offrent les cours propres aux sous-unités aux étudiants ayant réussi leur formation de base. Ce ne sont là que mes tâches principales; j’ai aussi l’occasion de créer des nouveaux plans de cours, de concevoir des ateliers de formation à l’intention des instructeurs et d’améliorer le programme de formation pour les futurs étudiants.

L’environnement d’apprentissage est dynamique, étant toujours composé d’étudiants à différentes étapes de la formation. Les étudiants passent environ cinq mois à la formation de base, puis de six à dix semaines en salle de classe à la formation propre aux sous‑unités, pour ensuite passer à l’étape de la simulation avant d’atteindre enfin la formation en milieu de travail, qui dure environ un an.

Je suis chanceuse d’œuvrer au sein d’une excellente équipe dont les membres s’engagent à favoriser la réussite des étudiants. Nous cherchons toujours à améliorer la formation, tant pour les étudiants que pour les instructeurs.

Avez-vous des conseils à offrir aux futurs contrôleurs de la circulation aérienne?

Préparez-vous à travailler dur! Il y a beaucoup d’information à assimiler, et elle est présentée à un rythme accéléré. Obtenez du soutien de vos pairs et n’oubliez pas que ce n’est pas une compétition! Il y a des postes pour tous les candidats qui réussissent la formation.

Attendez-vous à vivre à l’occasion des moments plus difficiles; très peu d’étudiants terminent la formation sans avoir quelques obstacles à surmonter. Toutefois, il est important également de s’amuser et d’être conscient que dans un domaine comme l’aviation, vous apprendrez toute votre vie.

0 Comments

À suivre

Quelle expérience pour ces témoins d’un lancement de satellites!

À mesure qu’approche le lancement du septième groupe de satellites NEXT d’Iridium, qui portera à 65 le nombre total de satellites ...

Abonnez-vous