Le 14 mai, 2018

Cybersécurité : L’union fait la force

Nous en entendons parler dans les nouvelles : logiciels malveillants, hameçonnage, rançongiciels et chevaux de Troie. Au cours des dernières années, les grandes entreprises multinationales ont été victimes de multiples atteintes à la cybersécurité. Le sujet des conversations au sein des entreprises est rapidement passé des mesures à prendre si une cyberattaque survient à comment se préparer quand elle survient.

Dans le but d’augmenter la coordination au sein de l’industrie de l’aviation et d’autres secteurs, NAV CANADA a accueilli près de 200 participants à son quatrième Sommet annuel sur la cybersécurité les 10 et 11 mai 2018.

Fort d’une dizaine d’employés seulement il y a quatre ans lorsqu’il a eu lieu pour la première fois, le Sommet sur la cybersécurité englobe maintenant un échantillon représentatif de l’industrie de l’aviation et d’autres parties prenantes essentielles. Au nombre des participants cette année figuraient des représentants de 16 administrations aéroportuaires, de 10 agences gouvernementales, de 15 entreprises et de quatre organismes locaux qui se sont réunis pour discuter du thème de cette année : « La cybersécurité en entreprise : L’union fait la force ».

Claudio Silvestri, chef de la direction de l’information à NAV CANADA, a ouvert l’événement et a discuté de la façon dont le contexte de la cybersécurité a changé depuis le premier Sommet. « Côté risque, rien n’a changé. Il demeure très élevé. Néanmoins, le volume et la complexité des attaques informatiques ont augmenté. Le monde numérique n’a aucune frontière. Nous devons donc intervenir et nous défendre ensemble ».

Neil Wilson, président et chef de la direction de NAV CANADA, a parlé de l’importance d’une approche mondiale à la cybersécurité dans l’industrie de l’aviation. « Faisant partie du système d’aviation mondial, nous devons aller au-delà des frontières canadiennes et collaborer, avec d’autres fournisseurs de services de navigation aérienne, à des projets internationaux ».

Mark Laroche, président et chef de la direction de l’Administration de l’aéroport international d’Ottawa, a souhaité la bienvenue aux participants durant l’ouverture. « Nous avons besoin d’une approche plus vaste axée sur la résilience au sein de l’industrie. Une perturbation informatique à un seul aéroport ou au sein d’une seule compagnie aérienne pourrait se répercuter dans tout le système ».

Une salle comblée a assisté à une séance sur la stratégie de résilience informatique de NAV CANADA durant laquelle Tom Bornais, directeur, Bureau de la sécurité des technologies de l’entreprise, et Ginette Deslauriers, directrice, Ingénierie des systèmes et sécurité des systèmes opérationnels, ont abordé l’importance de bâtir une culture de cybersécurité personnelle dans le milieu du travail. Outre les simulations d’hameçonnage et la formation assistée par ordinateur obligatoire annuelle, les employés reçoivent aussi gratuitement un logiciel anti-virus et une solution de sécurité des points d’accès pour la maison. Le message est clair : tous les employés sont responsables de la cybersécurité.

Au cours des 25 séances qui comprenaient notamment « Building the Canadian Cyber Security Framework », « Aviation Cyber Security – the 40,000 ft. View and Getting Everyone to the Same Altitude » et « Edge Security for Industrial IoT », un thème commun est ressorti : nous gagnerons en force si nous faisons face aux cyber-risques ensemble. De dire Neil Wilson, « Travailler ensemble doit devenir automatique afin d’augmenter notre résilience aux cyberattaques. Nous devrions chercher à apprendre les uns des autres et non essayer de réinventer la roue ».

0 Comments

À suivre

Entretien avec Julie Lebreton, instructrice

Julie LeBreton est instructrice au Centre de contrôle régional de Toronto, où elle aide à former la prochaine génération de contrô...

Abonnez-vous